Le Safran du Quercy

La présence du safran est attestée depuis plus de 4500 ans dans de nombreuses cultures, continents et civilisations.

Dans le Quercy, le safran est cultivé depuis le moyen âge et présent dans de nombreuses familles. Il servait à la préparation de plats traditionnels. A la fin du moyen-âge, un tiers des recettes comportait du safran.

Sa production connut son apogée entre le XV et le XVIII éme siècle. Avec le Rouergue et l’Albigeois, la production régionale représentait au XVI éme siècle près de 60% de la production nationale qui se comptait alors en dizaine de tonnes.

Connu au plan international pour sa qualité supérieure, le safran du Quercy fut l’un des meilleurs et commercialisé dans toute l’Europe à des fins culinaires, tinctoriales ou médicinales.

Cependant au XVIII éme siècle la "nouvelle cuisine" voyaient le jour et avec elle la fin de la ‘mode’ des épices.

Les producteurs vont ainsi délaisser la culture du safran qui va seulement subsister dans quelques jardins familiaux pour subvenir aux besoins des traditions culinaires et de la gastronomie locale riche en plats au safran.

Grâce à ses qualités propres, la souche Quercy rendue très résistante par des siècles d’acclimatation a pu se maintenir, traversant les hivers rigoureux, les sécheresses et résistant aux maladies.

Le Quercy est la seule région française à avoir ainsi conservé des souches de Crocus Sativus sélectionnés depuis l’origine de son implantation.

Créé en 2001, le Safranério, conservatoire botanique du safran de souche Quercy, a pour vocation la conservation et la multiplication des bulbes de safran issus des cultures traditionnelles. Sa préservation est une expérience unique en Europe.

Une histoire et un terroir de qualité ont permis aux hommes de cultiver un produit raffiné.

Aujourd’hui les safranières du Quercy reprennent vie et produisent à nouveau un safran de haute qualité, permettant ainsi la redécouverte des utilisations de cette épice millénaire aux multiples vertus.